Actualité détaillée

Des nouvelles fraiches du projet Madagascar  -   4-06-12

29 mai 2012 :

Ce matin, préparatifs pour le départ à Miantsoarivo, nous changeons de l’argent à la banque, quelques courses avant le départ, eau minérale, puce pour les téléphones… Nous chargeons le camion de notre précieux matériel ainsi que de 13 matelas, draps, couvertures, tout est bien calé.

Vers midi, tout est enfin prêt pour le départ tant attendu vers le village, le convoi s’organise : le camion de matériel, un taxi brousse et un 4x4, l’aventure commence.  Mise à part quelques contrôles réguliers de la police malgache, les 40 km de route goudronnée se passent sans problème, nous voilà maintenant sur la piste creusée par les charrettes à zébu principaux moyens de locomotion entre les villages, les ornières sont énormes et nous  nous inquiétons un peu pour le matériel.

A plusieurs reprises, nous sommes obligés de descendre du taxi brousse pour pousser le camion qui n’arrive pas à monter les côtes. Finalement, nous attachons une sangle malgache entre le 4x4 et le camion et arrivons au village après 3 heures d’aventure.

L’accueil au village de Miantsoarivo a été aussi chaleureux qu’inattendu. Un comité nous attendait à l’entrée du village composé de Madame le Maire et des notables de Miantsoarivo, tout le monde s’est présenté et nous  avons traversé tout le village à pied jusqu’au dispensaire sous les applaudissements des villageois. Un orchestre et des danseuses nous attendait suivit d’une série de discours et de remerciements.  Les villageois on tenu à nous aider à décharger tout le matériel dans le dispensaire. Nous avons ressenti leur détermination à s’investir dans le projet. 

Le soleil se couche, nous partons tous ensemble nous installer chez Madame le Maire. Après quelques palabres dans la tradition malgache, une grande fête est organisée avec chants, barbecue, rencontres et embrassades chaleureuses. Nous poussons  les meubles et recouvrons le sol de matelas pour récupérer d’une journée riche d’émotion.

30 mai 2012

Debout 6 heures du matin pour un petit déjeuner malgache, ramanonaka (petite galette de farine de riz), beignets, confiture de pibas dans le magnifique jardin de Mme le maire composé de bananiers, avocatier, frangipanier, caféier et de multiples arbres tropicaux. Tout le monde est impatient de démarrer le chantier et dès 7 heures, le travail commence.

Une équipe met en place la structure porteuse destinée à recevoir les panneaux photovoltaïques ; une deuxième s’occupe de fixer les goulottes et percer les murs ; une troisième installe les batteries et perce le mur pour accueillir l’extracteur ; enfin une dernière a démarré la mise en place de l’installation d’éclairage.
Une tranchée destinée à accueillir le passage de câbles entre les panneaux photovoltaïques et le centre de santé, a été réalisé par les habitants du village.
Nous avons eu la visite de toutes les écoles du village et de tous les villageois pour une rencontre amicale ainsi qu’une présentation technique globale du projet. L’émotion était une fois de plus au rendez-vous avec la levée du drapeau, des discours, des chants et danses folkloriques auxquelles nous avons tous fini par participer.

Une journée bien remplie se termine autour d’un repas chez notre hôte, Mme le maire.

 

31 mai 2012

La journée commence très tôt car tout le monde est impatient d’avancer sur l’installation électrique du dispensaire. Dès 6 heures du matin, tout le monde se lève et à 7h30, le travail commence.

Les panneaux photovoltaïques sont posés sur le support installé la veille, c’est symboliquement une étape importante de voir ces panneaux s’intégrer dans ce paysage rural encerclé de rizières, de maisons traditionnelles de terre rouge sous les regards curieux des villageois venus contempler l’ouvrage.

Nous avons décidé la veille d’embaucher trois ouvriers malgaches pour nous aider à percer les murs de 30 cm d’épaisseur afin de passer les goulottes. Leur efficacité est impressionnante, tous les trous seront finis avant la fin de la journée, ce qui va permettre d’avancer de façon considérable le chantier.

Aujourd’hui, malgré le bruit des perceuses et de l’activité que nous créons, un bébé est né au dispensaire. Nous allons le visiter et apprenons que ses parents ont choisi de l’appeler Andriamiaritsoa Jean Claude Colbert en hommage à notre lycée car il est arrivé avec nous.

Une équipe a installé un détecteur de mouvement, les moulures et les luminaires ; une deuxième a posé l’armoire de gestion d’énergie et a fait du câblage ; une troisième  a fini de fixer les panneaux solaires et le coffret de sécurité avec la mise en place des câbles d’arrivée entre la plateforme photovoltaïque et le centre de santé ; la dernière a terminé de faire passer les goulottes dans la salle d’observation, la prise pour l’ordinateur a été posée dans le bureau du médecin. La tranchée a été rebouchée.