Actualité détaillée

Quelques nouvelles du projet Madagascar, la suite.  -  11-06-12

Quelques  nouvelles du projet Madagascar : 01/06/12

Aujourd’hui, nous nous levons très tôt, 5h30, pour passer une journée à Antananarivo et décidons de prendre le taxi brousse local.

 

Après avoir chargé les bagages sur le toit nous nous tassons dans le taxi brousse déjà surpeuplé des villageois qui partent au marché de Behenjy. Au bout de 3km sur la piste chaotique, nous sommes surpris par une détonation, un pneu vient d’éclater. La trentaine de passagers descendent. Compte-tenu de l’état de la roue de secours, le chauffeur ne peut continuer.

 

La situation nous semble sans issue et pourtant au bout de quelques minutes tout s’organise. La légendaire Peugeot 404 bâchée vient chercher nos bagages alors que nous décidons de finir les 10km à pieds jusqu'à Behenjy.

 

Nous traversons plusieurs petits villages, les paysages sont magnifiques. Finalement nous prenons un taxi brousse à Behenjy et arrivons à destination vers midi.

L’après-midi nous visitons Antananarivo et nous sommes surpris par l’activité commerciale de la capitale. Il y a du monde partout et des marchands à perte de vue. Nous nous faufilons au milieu de la population grouillante, achetons quelques matériels manquants et souvenirs de l’artisanat local.

Le soir nous sommes invités à manger chez la fille de Mme Le Maire de Miantsoarivo qui habite à Antananarivo, nous sommes reçus comme des invités de marque et rentrons tard, 2h00, épuisés par cette journée bien mouvementée.

 2 juin 2012 :

Nous reprenons la route vers Miantsoarivo vers 9 heures du matin après une courte nuit et quelques courses de réapprovisionnement en eau, papier toilette, carburant pour le groupe électrogène…

La route se passe cette fois ci sans aucun problème technique mais nous décidons quand même de terminer le dernier kilomètre de piste à pieds. Nous avons déjà l’impression de revenir presque chez nous et sommes heureux de retrouver des visages connus.

Aujourd’hui, toute l’équipe ressent la fatigue accumulée des premiers jours, mais la motivation est toujours présente et le travail au dispensaire se poursuit tout l’après midi.

Une première équipe pose les goulottes, hublots et détecteurs de mouvement dans la salle de sensibilisation; une deuxième équipe fini le câblage de l’armoire de distribution et le connecte avec le boitier vistop ; une troisième équipe  fini les mesures et coupures de câble et acheve le coffret vistop ; la dernière équipe  pose les prises dans la salle de sensibilisation et la pharmacie.

Le soir, après cette journée bien chargée, nous rentrons chez Mme le maire où le groupe électrogène refuse de démarrer. Nous finissons la soirée sous les lumières des bougies et de la lune presque pleine et nous couchons de bonne heure épuisés par ces premiers jours.

 3 juin 2012 :

Aujourd’hui, c’est dimanche, nous nous accordons une grasse matinée jusqu’à 7h30. Le sommeil a été réparateur pour tout le monde, nous retrouvons l’énergie du premier jour.

 

Le dimanche, c’est aussi le jour du marché de Miantsoarivo. Tous les villageois de la commune et des alentours se retrouvent, les paysans arrivent avec des paniers sur la tête remplis de tomates, patates douces, arachides, manioc, canne à sucre et toute sorte de choses à vendre. C’est aussi le jour où l’on peut trouver de la viande, un cochon et un zébu sont tués le matin pour l’occasion. D’autre se pressent vers l’église, vêtus de leurs plus beaux vêtements et les chants collectifs s’échappent des lieux de culte.

Le chantier avance à grands pas, la première équipe termine la pose des prises de la salle d’accouchement et commence à câbler le tableau de distribution, une deuxième équipe installe les moulures et le détecteur dans la maternité, la salle de sensibilisation et la pharmacie ; une troisième équipe  termine de placer le coffret d’interconnexion et  connecte cinq panneaux photovoltaïques, la dernière équipe  câble l’armoire de gestion d’énergie.

Vers 15H30, nous avons rendez vous avec les jeunes du village pour une rencontre de foot. Nous avions pensé cette idée en France pour rencontrer de façon conviviale les jeunes du village mais nous ne nous attendions pas à un tel accueil. Tout le village est présent, hommes, femmes et enfants se serrent dans des tribunes naturelles de terre rouge ; et l’équipe de football nous attends sur le terrain.

Nous complétons notre équipe avec des Malgaches et le match commence dans une ambiance très sympathique, le fairplay des joueurs est évident, le public soutient l’équipe française de façon inattendue.

Finalement le match se termine avec le score de 3 à 3, match nul calculé de toute évidence. L’équipe malgache nous remercie pour cette rencontre, nous déclare que cela a été un honneur pour eux de rencontrer une équipe d’étrangers, nous leur offrons le ballon en guise de coupe et rentrons enrichis par l’émotion partagée.

Encore une journée riche de rencontre, d’émotion et de travail, nous sommes tous heureux de cette aventure.

 4 juin 2012 :

Cela devient presque la routine, nous partons vers le chantier à 7h30. Nous traversons le village, les visages deviennent familiers, l’attitude des villageois a évolué de la curiosité à la sincérité, tout le monde connait le nom de chacun d’entre nous, sur les 700m qui séparent la Maison de Mme le Maire au dispensaire nous ne cessons de répondre aux Malgaches qui nous saluent.

Le chantier démarre, une première équipe achève l’installation et câblage de l’éclairage. Une deuxième équipe met en place l’extracteur destiné à évacuer les vapeurs dégagées par les batteries et termine le câblage de l’armoire de distribution ; une troisième équipe termine la connexion des panneaux photovoltaïques et le câblage du coffret d’interconnexion ; la dernière équipe achève l’installation des prises. Il ne reste que quelques détails que nous terminerons demain matin.

Nous invitons les enfants du village à venir visiter l’installation par petits groupes de 15 élèves accompagnés de leurs professeurs. Les visites guidées semblent intéresser les enfants, nous leur expliquons le principe de l’installation, les dangers liés à la présence de l’électricité et les précautions à suivre pour entretenir l’installation. Selon l’âge des élèves les questions deviennent de plus en plus pertinentes. La directrice de l’école nous remercie pour l’installation et l’ouverture d’esprit que ce projet apporte à la population du village ; elle espère qu’un jour des opérations seront réalisées au dispensaire.

A 16h, une petite équipe a rendez-vous avec les gendarmes de la commune pour une petite interview concernant la sécurité de l’installation. Nous avons maintenant la certitude que cette installation sera prise en charge  et sécurisée par la gendarmerie et la municipalité comme un bien collectif à entretenir, préserver et sécuriser.

Nous terminons la soirée dans une ambiance de plus en plus détendue, l’attitude du groupe aussi a évoluée, nous sommes maintenant de plus en plus à l’aise, tout est tellement différent ici et pourtant tout le monde semble s’être adapté au pays, le manque de confort à l’occidental n’est plus qu’un détail sans importance face à ce que nous vivons chaque jour.

 5 juin 2012

Aujourd’hui, tout le monde est impatient de partir sur le chantier, plus que quelques câblages et nous pouvons mettre l’installation sous tension. Toutes les taches sont finalisées :

  • Production de l’énergie électrique avec installation des modules photovoltaïques 
  • Stockage de l’énergie avec installation des batteries d’accumulateurs et le régulateur de charge
  • Conversion de l’énergie électrique continue en énergie électrique alternative (230V) par onduleur et installation de l’éclairage
  • Installation de prises spécifiques pour réfrigérateur, stérilisateur, ordinateur portable et recharge de téléphones portables avec gestion optimisée de leur fonctionnement et mesure de l’énergie consommée par le centre de santé.

L’après midi nous commençons les tests, l’installation est sous tension et TOUT MARCHE PARFAITEMENT. C’est une grande satisfaction pour tout le monde, nous parcourons toutes les pièces, les lumières s’allument, le réfrigérateur est en marche, les prises fonctionnent, l’extracteur tourne. Les batteries sont déjà  chargées à 99 %.

C’est un peu l’euphorie générale, les étudiants, les professeurs, les villageois venus voir l’installation, c’est pour tout le monde un rêve qui se réalise. Un villageois nous avoue que depuis qu’il est tout petit, il attend ce moment : avoir de l’électricité à Miantsoarivo. Encore un moment chargé d’émotion.

Nous attendons la nuit pour apprécier davantage l’arrivée de la lumière électrique. Nous avons installé une lumière extérieur pour que le dispensaire soit visible de loin ce qui permettra aux villageois de repérer facilement le dispensaire la nuit en cas d’urgence et aux gardiens de sécuriser plus facilement l’installation. C’est une demande qui a été faite sur place et que nous avons pu réaliser. Tout le village peut donc voir ce soir un point lumineux dans la nuit, c’est la nouvelle étoile de Miantsoarivo. Nous avons la chance de partager cette joie avec les villageois, c’est un grand moment pour ce projet.

Dans la nuit, nous partons au dispensaire pour regarder les préparatifs de l’inauguration prévue le lendemain. Un petit chapiteau est monté, des drapeaux aux couleurs de Madagascar sont disposés un peu partout sur le dispensaire.
Une femme arrive en pleine nuit pour accoucher, ce sera le premier accouchement à la lumière électrique, plus besoin de bougies, le médecin et la sage-femme nous remercient encore pour le progrès engendré par cette installation.